top of page

Éducatrice, j’aurais tellement voulu démissionner, mais j'ai fait autrement.


L'éducatrice et le lâcher prise
Lâchez prise avant de démissionner

Alors que je me prélasse sous le soleil pendant mes vacances qui tirent vers la fin, j'ai eu le plaisir de rencontrer une éducatrice extraordinaire. Après une longue discussion, j'ai été surprise d'apprendre qu'elle remettait en question sa vie professionnelle. De retour à la maison, mes pensées ont pris un tournant réflexif. Les souvenirs de journées bien remplies en tant qu'éducatrice ont commencé à affluer, tout comme les moments de découragement et de remise en question que j'ai moi-même traversés. Ces moments où la fatigue et les défis semblaient presque écrasants, laissant entrevoir l'idée de démissionner, comme la seule voie à suivre. Ouff| Je me souvient, éducatrice, j’aurais tellement voulu démissionner. Et ce, combien de fois !?! Plusieurs, en toute honnêteté.

De constater qu'une personne aussi dévouée et passionnée qu'elle songeait à démissionner, je dois l'avouer, m'a un peu secoué. Or, au fil de mes pensées, une idée a émergée, portée par la douce brise de la sérénité de mes vacances. Et si la démission n'était pas la seule alternative ? Et si, plutôt que d'abandonner, il y avait d'autres chemins à explorer, d'autres manières de naviguer dans les eaux tumultueuses de l'éducation avec un cœur allégé ? Ces pensées m'ont conduit à réaliser que le lâcher prise, loin d'être synonyme de démission, pouvait être une boussole pour découvrir de nouvelles possibilités, une manière d'appréhender les défis avec résilience et créativité.

Dans ce récit, nous allons plonger dans ces moments où les éducatrices peuvent se sentir submergées, où la tentation de tout abandonner peut-être puissante. Mais ensemble, nous allons explorer ces alternatives, ces stratégies de lâcher prise qui ne sont pas des signes de faiblesse, mais des manifestations de force intérieure. Car parfois, ce n'est qu'en lâchant prise que nous pouvons nous réinventer et trouver de nouvelles manières de cultiver l'épanouissement personnel et professionnel.

Prêts à embarquer dans ce voyage d'introspections, à la découverte de la puissance du lâcher prise dans le monde exigeant des éducatrices ? Rejoignez-moi alors que nous explorons ensemble comment cette perspective peut transformer les moments de découragement en opportunités de croissance et de connexion profonde avec notre mission d'éduquer et d'inspirer. Vous verrez, démissionner pourrait devenir L’ALTERNATIVE bienveillante sans pour autant anéantir votre passion à travailler auprès des enfants.

Tout d’abord, abordons un sujet qui peut susciter des émotions variées et parfois complexes : la démission. Dans notre vie professionnelle, il arrive parfois que nous atteignions un carrefour où nous devons prendre une décision importante quant à notre avenir. Il est tout à fait naturel de ressentir une certaine appréhension face à l'idée de quitter un emploi, une équipe et une routine familière. Cependant, il est essentiel de comprendre que démissionner ne signifie pas tout abandonner. Admettons que; sans sortir de son milieu, sans laisser notre équipe de travail et sans devoir remettre en question toute notre vie professionnelle, il était possible de seulement laisser aller en démissionnant de ces facteurs nuisible , Non seulement cela ne viendrait pas mettre fin à tout y compris ce qui contrebalance les arguments positifs, mais que aussi, cela serait le reflet de nos choix conscients, de nos aspirations et de notre désir de croissance personnelle et professionnelle.

Tout comme une plante qui a besoin d'espace pour s'épanouir pleinement, nous aussi devons parfois sortir de notre zone de confort pour réaliser notre plein potentiel. Nous ne quittons pas seulement un irritant, mais nous choisissons également de poursuivre des chemins qui nous permettront de grandir, d'apprendre et de contribuer de manière plus significative à notre propre bien-être et à celui de notre entourage.


Bien souvent, le terme "démission" peut être associé à la défaite ou à l'abandon. Cependant, il y a des moments où démissionner peut en réalité être un acte de lâcher prise positif, une étape nécessaire pour créer de l'espace et de nouvelles opportunités dans nos vies professionnelles.

Imaginez cette situation comme l'acte de lâcher un ballon qui nous empêche de prendre de l'altitude. En le lâchant, nous nous libérons des entraves qui nous maintenaient en arrière et nous permettons à notre potentiel de briller davantage. Lorsque la démission se présente comme acte de lâcher prise, certaines réflexions sont toutefois importantes à considérer. Par exemple :


1. Identifier les obstacles : Lorsque vous vous trouvez dans une situation conflictuelle ou inadéquate, il est important de reconnaître les obstacles qui vous empêchent de vous épanouir pleinement. Il se peut que le changement nécessaire ne soit pas aussi grand qu'on le croit.

2. Lâcher-prise du négatif : La démission peut être perçue comme un moyen de lâcher prise des éléments négatifs qui entravent votre bien-être et votre croissance. C'est comme retirer un fardeau de vos épaules. Par exemple le refus de parler à un parent qui démontre de l’agressivité à votre égard, ou travailler avec une collègue qui refuse de considérer votre opinion. Encore une fois, une simple modification peut alors faire la différence.

3. Créer de l'espace : En démissionnant de situations qui ne vous servent plus, vous créez de l'espace dans votre vie pour accueillir de nouvelles opportunités et de nouvelles expériences positives. Vous ressentez que vous avez négligé votre famille, votre couple, vos enfants depuis les dernières semaines alors pourquoi ne plus accepter de temps supplémentaire. Rien ne vous oblige à tout changer. Seulement adapter un mode de vie qui vous convient à ce moment là.


Il arrive aussi d’avoir l’impression que plus rien ne va et que l’on doit tout abandonner. Mais, il se peut que la raison soit isolée et que le problème ne soit pas présent dans un autre contexte. Le milieu peut alors être une cause isolée sans pour autant être une raison d’éteindre votre passion de travailler auprès des enfants. Envisager une démission proactive est peut-être souhaitable. Et pourquoi choisir cette démission?


1. Pour prendre le contrôle : En démissionnant de manière proactive, vous reprenez le contrôle de votre carrière et de votre vie professionnelle. Vous choisissez délibérément votre chemin plutôt que de le subir. Changer de milieu peut être la meilleure alternative à votre épanouissement sans pour autant changer la profession.

2. Prioriser votre bien-être : La démission proactive peut être un acte d'autonomisation où vous mettez votre bien-être et votre épanouissement en premier. C'est une déclaration que vous méritez mieux.

3. Faire preuve de courage : Démissionner d'une situation inconfortable demande du courage. C'est une reconnaissance de votre propre valeur et de votre droit à une situation de travail qui vous convient.


Enfin, l’ouverture à de nouvelles possibilités est en quelque sorte une façon contournée d’abandonner certains irritants. D’avoir la capacité adaptative d’ajouter du nouveau dans sa vie, dans son milieu et dans ces conditions, demeure une saine stratégie pour se détacher et retrouver un sens à ce que l’on fait. En créant un espace pour le positif vous démissionnez d'une situation inadéquate, vous ouvrez la porte à de nouvelles opportunités qui correspondent mieux à vos aspirations et à vos valeurs.


1. Apprentissage et croissance : Considérez la démission comme une opportunité d'apprendre et de grandir. Les leçons que vous avez acquises dans vos expériences précédentes vous guideront vers de futurs succès.

2. Redéfinir votre trajectoire : La démission peut être le premier pas vers une trajectoire professionnelle qui est plus alignée avec vos passions et vos objectifs.


Démissionner peut-être un acte de lâcher prise positif, une façon de vous libérer des situations conflictuelles et inadéquates. Tout comme on ouvre une fenêtre pour laisser entrer l'air frais, démissionner ouvre la porte à de nouvelles possibilités et à un renouveau professionnel. Rappelez-vous que lâcher prise ne signifie pas abandonner, mais plutôt libérer ce qui vous retient pour vous épanouir dans un avenir radieux et rempli de possibilités. Donc, démissionner ne signifie pas systématique que vous deviez abandonner ou quitter quelque chose, mais plutôt choisir autre chose.

Néanmoins, il se peut que vous arriviez à un constat ou rester pourrait être néfaste. Pour ne citer que quelques exemples; vous n’avez plus d’intérêts à travailler auprès d’enfants, vous ressentez un malaise à travailler en équipe, etc. Voyons comment bien comprendre ce concept afin de mieux gérer une démission de manière constructive et aussi, définitive.


  1. La réflexion préalable : Il est important de réfléchir en profondeur à ses motivations pour démissionner. Quelles sont les raisons qui me poussent à envisager un changement ? Il est important de prendre du recul et de comprendre si la démission est vraiment la meilleure option pour moi.

  2. L'importance des choix : Mettre l'accent sur le fait que démissionner n'est pas un signe d'échec, mais plutôt une décision consciente de choisir une voie différente. Parfois, il peut être nécessaire de quitter un emploi pour poursuivre des opportunités plus alignées avec les objectifs personnels et professionnels.

  3. Le processus de transition : Il faut gérer la période de transition entre l'emploi actuel et le futur choix de carrière. Cela peut impliquer de donner un préavis adéquat, de former les collègues pour assurer une transition en douceur, et de quitter son emploi de manière professionnelle.

  4. La planification financière : Il faut comprendre les implications financières de ma décision de démissionner. Il vaut mieux élaborer un plan financier solide pour faire face à la période de transition, en tenant compte des dépenses, des économies et des sources de revenus potentielles.

  5. La poursuite des passions : Voir la démission comme une opportunité de poursuivre ses passions et intérêts, même en dehors du contexte du service de garde. Cela peut être le moment idéal pour explorer de nouvelles voies professionnelles ou personnelles.

  6. Le soutien social et professionnel : Il est bien d’obtenir du soutien de la part de la famille, des amis et éventuellement de mentors ou de conseillers professionnels. La démission peut être émotionnellement chargée, et avoir un réseau solide peut aider à surmonter les défis.

  7. L'apprentissage continu : Voir la démission comme une étape dans mon parcours professionnel, plutôt qu'une fin en soi. Les expériences passées peuvent être précieuses pour le développement futur, quel que soit le chemin que j’emprunte.

  8. La prise en compte du bien-être : Finalement, prendre conscience de l’importance du bien-être mental et émotionel dans la prise de décision. Prendre soin de soi et choisir un chemin qui contribue au bonheur personnel est essentiel.


Le rôle de l'éducatrices en service de garde est un rôle essentiel dans la vie des enfants. Chaque jour, l'éducatrice les encourage à explorer, à apprendre et à grandir. Il est donc tout aussi important que nous appliquions ces principes à notre propre vie professionnelle.

Lorsque nous évoquons la démission, il est naturel de penser à la fin d'un chapitre. Cependant, envisageons-la plutôt comme un point de départ vers un nouveau chapitre passionnant. Un changement de façon de faire peut prendre différentes formes : cela peut signifier repenser vos méthodes pédagogiques, adopter de nouvelles approches d'enseignement, ou même embrasser une toute nouvelle carrière.

Le processus de changement :

Auto-évaluation : Prendre un moment pour l'introspection peut être le premier pas vers une perspective plus claire et éclairée. En regardant au-delà du tumulte quotidien des locaux du service de garde et des activités éducatives, il est crucial de se poser des questions profondes pour comprendre ce qui motive le désir de changement.

Imaginez-vous, dans le calme de votre espace de réflexion, prenant le temps de penser à ce qui ne résonne plus avec vous dans votre rôle d'éducatrice. Quels éléments de votre travail semblent moins gratifiants ou moins en harmonie avec vos valeurs et aspirations personnelles ? Est-ce l'épuisement lié à un emploi du temps trop chargé ? Ou peut-être est-ce le sentiment d'être coincé dans une routine qui ne laisse que peu de place à la créativité et à l'innovation ?

En parallèle, laissez votre imagination vagabonder vers l'avenir. Quels nouveaux défis passionnants aimeriez-vous relever ? Quelles compétences aimeriez-vous développer davantage ? Peut-être aspirez-vous à explorer de nouvelles méthodes d'enseignement, à vous engager davantage dans des projets de sensibilisation communautaire, ou même à équilibrer votre vie professionnelle et personnelle d'une manière qui vous inspire et vous nourrit.

L'auto-évaluation ne consiste pas seulement à identifier les points négatifs, mais aussi à découvrir les opportunités qui vous attendent. En vous engageant dans ce processus introspectif, vous pourriez vous surprendre en trouvant des aspects de votre rôle actuel qui peuvent être remodelés pour mieux correspondre à vos aspirations. Cette réflexion peut également servir de base solide pour explorer des alternatives avant de prendre la décision de démissionner.

Gardez à l'esprit que l'auto-évaluation est un voyage personnel et continu. En prenant régulièrement le temps de réfléchir à votre cheminement, vous restez connectée à vos motivations profondes et à votre désir d'épanouissement constant en tant qu'éducatrice extraordinaire.

Identification des besoins : Au cœur de la mission éducative se trouve une compréhension profonde : les enfants sont en constante évolution, façonnés par leur environnement, leurs expériences et leurs interactions. De la même manière que les arbres grandissent avec les saisons, les besoins de ces jeunes esprits en plein développement évoluent en permanence. En tant qu'éducatrices, il est de notre responsabilité de cultiver un terrain propice à leur épanouissement en s'adaptant à leurs besoins changeants. Imaginez maintenant comment le lâcher prise pourrait être votre outil de choix. En abandonnant l'attache rigide à des méthodes préétablies, vous ouvrez la porte à la créativité et à l'adaptabilité. Cela signifie parfois remettre en question vos propres pratiques, être prête à explorer de nouvelles approches et à intégrer des ressources éducatives contemporaines. Le lâcher prise ne signifie pas sacrifier la qualité de l'éducation ; au contraire, c'est une invitation à transcender les limites pour mieux répondre aux besoins changeants des enfants que vous guidez.

La peur du changement est une émotion puissante et parfaitement naturelle. Les habitudes familières offrent un sentiment de sécurité et de confort, tandis que l'inconnu peut sembler un terrain incertain et effrayant. Nous avons tous été confrontés à cette appréhension lorsque de nouveaux horizons se profilent à l'horizon, que ce soit dans nos vies personnelles ou professionnelles. En tant qu'éducatrices, il est tout à fait normal de ressentir une certaine résistance face à l'idée de changer vos pratiques éducatives. Cependant, derrière cette peur du changement se cachent des opportunités inestimables.


Finalement, explorons ensemble comment nous pouvons mettre en mouvement ces changements pour créer un avenir radieux et rempli de possibilités. Concrétiser ces changements et créer un avenir radieux et rempli de possibilités demande une approche proactive et réfléchie. Voici quelques étapes pour mettre en mouvement ces changements :

1. Clarifiez vos objectifs : Prenez le temps de définir clairement ce que vous souhaitez réaliser avec ce changement de façon de faire. Quels sont vos objectifs à court et à long terme ? Quels sont les résultats que vous espérez obtenir ? 2. Identifiez les étapes concrètes : Décomposez vos objectifs en étapes réalisables. Quelles actions spécifiques devez-vous entreprendre pour progresser vers votre objectif ? 3. Élaborez un plan d'action : Créez un plan détaillé qui inclut toutes les étapes nécessaires pour mettre en œuvre vos changements. Assignez des délais réalistes à chaque étape pour maintenir votre motivation et votre concentration. 4. Apprenez continuellement : Soyez ouvert à l'apprentissage constant. Explorez de nouvelles idées, participez à des formations, lisez des livres et des articles pertinents pour améliorer vos compétences et enrichir vos connaissances. 5. Impliquez les autres : N'hésitez pas à impliquer vos collègues, amis, mentors ou experts dans votre processus de changement. Leurs perspectives et leurs retours d'expérience peuvent être précieux pour vous guider. 6. Prenez des risques calculés : Le changement implique souvent une certaine dose d'incertitude. Osez sortir de votre zone de confort et prendre des risques calculés pour explorer de nouvelles façons de faire. 7. Tenez-vous responsable : Rendez-vous responsable de vos engagements envers vos objectifs. Cela peut inclure la mise en place d'un système de suivi pour mesurer vos progrès et ajuster vos actions si nécessaire. 8. Surmontez les obstacles : Attendez-vous à rencontrer des obstacles en cours de route. Lorsque vous faites face à des défis, prenez-les comme des opportunités d'apprentissage et de croissance plutôt que comme des échecs. 9. Célébrez les réussites intermédiaires : Reconnaître et célébrer vos petites victoires en cours de route peut vous aider à maintenir votre motivation et votre enthousiasme pour le changement. 10. Restez adaptable : Soyez prêt à ajuster votre plan si vous identifiez de meilleures approches en cours de route. La flexibilité est essentielle pour s'adapter aux circonstances changeantes. 11. Restez positif : Cultivez une attitude positive envers le changement. Visualisez l'avenir radieux que vous souhaitez créer grâce à ces changements de façon de faire. 12. Évaluez et ajustez : Une fois que vous avez mis en œuvre vos changements, prenez le temps de les évaluer. Quels ont été les résultats ? Qu'avez-vous appris ? Cela vous permettra d'ajuster vos actions pour continuer à progresser.

En suivant ces étapes, vous pourrez mettre en mouvement ces changements de façon de faire et de créer un avenir plein de possibilités excitantes. Souvenez-vous que chaque petit pas compte et que chaque action vous rapproche de la réalisation de vos objectifs.


En conclusion, le sujet de démissionner et de lâcher prise révèle une dynamique complexe entre les défis professionnels et personnels auxquels les éducatrices sont confrontées et les opportunités de croissance et de transformation qui peuvent émerger de ces situations. La démission, bien qu'elle puisse être motivée par des facteurs de stress, de frustration ou de découragement, n'est pas nécessairement un signe de défaite ni de finalité. Au contraire, c'est souvent un acte de courage qui ouvre la voie à de nouvelles possibilités et à une réflexion profonde sur soi-même. De plus, elle n’est pas irréversible et les raisons peuvent être fractionnées afin d’éviter un changement complet.

Le lâcher prise, qui peut sembler similaire à une démission de la situation actuelle, peut en réalité être un acte de bienveillance envers soi-même et envers les autres. C'est une invitation à se libérer des poids inutiles, des attentes rigides et des schémas dépassés, pour faire place à la créativité, à l'adaptabilité et à la découverte. En laissant derrière soi les vieilles façons de faire, on crée un espace pour la croissance personnelle, l'apprentissage continu et la redécouverte de sa passion.

La démission et le lâcher prise ne sont pas des chemins vers l'abandon, mais des passerelles vers la réinvention. Ils symbolisent le pouvoir de choisir son propre chemin, de se réaligner avec ses valeurs et de se redécouvrir dans le contexte de l'éducation. Lorsque les éducatrices embrassent ces concepts avec une intention positive et une ouverture d'esprit, elles entament un voyage de transformation qui peut non seulement impacter leur propre vie, mais aussi enrichir l'expérience éducative de leurs élèves. Alors, que vous envisagiez de démissionner ou de lâcher prise dans certaines facettes de votre rôle d'éducatrice, souvenez vous que c'est en équilibrant l'amour pour les autres avec l'amour pour vous-même que vous créerez un espace où la croissance, l'inspiration et l'épanouissement peuvent s'épanouir. C'est à travers ces moments de transition et de réflexion que vous serez en mesure de cultiver une pratique éducative plus profonde, plus riche et plus alignée avec votre véritable potentiel. Alors voilà, oui! éducatrice, j’aurais tellement voulu démissionner, mais j'ai fait autrement. J'ai choisi le lâcher prise et croyez moi, j'en ai aucun regret. :) Le monde de l'éducation a toujours été et sera toujours pour moi un monde essentiel dans lequel il faut laisser certaines choses pour en découvrir de nouvelles. Que ce soit dans un milieu de garde ou ailleurs rien n'est parfait, il faut seulement apprendre à démissionner de ce qui nous irrite et non de la vocation qui nous habite. Enfin, démissionner c'est tout simplement se donner le droit de changer les choses.

Je termine en vous souhaitant une belle fin d’été ainsi qu’une rentrée sensationnelle!



1 878 vues0 commentaire
bottom of page