top of page

À toi l'éducateur et l'éducatrice, la cloche a finalement sonné!


La fin des classes, la cloche a sonné !

Ça y est, c'est fini... Les radios sont éteints, les chaises empilées dans un coin, les murs dépouillés de toutes ces grilles organisationnelles parfois utilisées, d'autres fois complètement oubliées. Plus aucunes fioritures artistiques accumulées au fil des mois. Hormis l'odeur des corridors encore marqués d'empreintes de doigts, le silence vient tout à coup prendre le contrôle de ce moment que j'attendais maintenant depuis... Bon ok, je voudrais être honnête et vous dire depuis longtemps, mais en même temps ce serait faux. En fait, ce moment nous le voyons venir seulement le jour ou il arrive, car le feeling que nous ressentons après le départ des élèves de la haie d'honneur et qui nous fait vivre se petit coup de cafard de séparation est si spécial que nous oublions que non seulement une autre année scolaire vient de se terminer, mais que cent quatre-vingts jours de NOTRE VIE, viennent aussi de passer.


Une autre année scolaire à conjuguer entre l'adaptation d'une nouvelle équipe, les forces des uns et les défis des autres. Les morsures et les crachats qui dénoncent des comportements insensés et sans oublier, les mille et un irritants qui nous font croire, trop souvent parfois, que les futures générations seront complètement dingues ou que certains collègues méritent des procès de représailles croyant que nous, nous sommes parfait . Parallèlement, nous nous croyons les tout-puissant de l'éducation, mais en fait, nous changeons quoi exactement ? Visiblement, après une rétrospection, nous changeons notre bien-être contre le défi d'assurer celui des autres. Où se cache le résultat de tous ces efforts? Il va de soi que plusieurs facteurs viennent nuire au travail des éducateurs et des éducatrices, mais si je vous demandais quels sont vos bons coups? Sauriez-vous me dire que vous êtes fièrement satisfait du travail des derniers mois ? Certes, il est vrai que nous sommes tellement "brulés" et comme on dit, par les deux bouts, que nous sommes indéniablement dans un je m-en-foutisme total. Béat ou non, les vacances sont là et il faut tellement en profiter.


En ce qui me concerne, quelques jours viendront compléter mon calendrier de travail. Je serai donc seule et disponible à moi-même. Je me demande encore comment sera mon réveil demain matin sans la peur d'avoir un message d'absence. Je me demande comment ma conscience arrivera à se concentrer sans le bruit de fond d'un va-et-vient de cris ou de pas de troupeaux. Oufff ! Je me réjouis déjà de ces quelques jours qu'ils me restent. ÉCOUTER LE SILENCE.... Quel cadeau !!! Finalement, je crois que je suis déjà en vacances :). Bien que j'apprécie être entourée de toutes ces personnes dévouées et agréables chacune à leur façon, j'affectionne ces dernières journées, ou seule, je me consacrerai à la prochaine rentrée qui je le souhaite, comme à chaque année d'ailleurs, sera la plus magnifique ;)


Dans le même ordre d'idées, je vous ai déjà parlé de ma prescription? Celle de moi à moi. Celle qui me permet de retrouver l'équilibre entre mon manque d'énergie et mon désir de vouloir profiter de mes vacances. Non !?! Je vais vous la partager et sincèrement elle est tellement simple, voire même, ridiculement accessible. Impossible de ne pas y arriver. D'ailleurs, elle ne nécessite aucune dépense imprévue et aucune planification. La voici, mais avant, sachez que tout partira du.. LÂCHER PRISE afin de vous libérer de la charge mentale qui a envahie votre quotidien et ce, depuis des mois.


Dans un premier temps, partir à la quête... Oui, oui ! La quête voire même plusieurs quêtes. En fait, toutes celles qui viennent soulager les sens. Dans un premier temps, celle du silence. Vous le savez comme moi, travailler auprès d'enfants stimule de façon constante l'ouïe. C'est donc le premier sens que je tend à reposer ;) Dès que j'en ai la chance, je me plonge dans un silence total. Pas celui de la nuit où je dors, mais bien celui où je peux consciemment l'apprécier. Ensuite, la quête de la nature et des paysages. Apprécier un décor que je choisi et qui fait du bien à mes yeux me permettant de remettre des images positives dans mon quotidien. Vaut mieux prendre le temps de contempler les nuages ouateux que le regard vide et colérique d'enfants dépouillés de joie de vivre. Aussi, la quête de bonnes recettes. Quel plaisir que de prendre le temps de s'asseoir et d'apprécier un bon repas. Non mais, combien de fois je mange sur le coin d'un bureau ou, pas du tout.? Beaucoup trop! Alors, assurément je me reconnecte avec une saine alimentation et qui dit popote, dit odeur. Quoi de plus agréable, du moins que celles parfois perçues au travail. Et finalement, me dorloter !! Et là, là. Prendre soin de mon plus grand allié de vie, mon corps. Bon, je ne me cache pas qu'à mon âge, prendre soin de son corps c'est tout d'abord; mes articulations et mes rides, mais quand même, j'y pense hi hi hi. Du repos, un peu plus d'exercices, de la relaxation et l'appréciation d'une pause routine.


Bref, les vacances sont pour moi une période de l'année ou je cesse d'être robotisée et que je décide d'être tout simplement bien et heureuse. C'est le moment où JE décide et JE m'autorise un horaire sans cadran, sans pression et surtout, sans contradiction. Comme on dit "fait vaut mieux que parfait" alors je me donne le droit d'improviser et surtout, je me réfugie dans le moment présent.


Et puis un jour on s'en fout! Et ça fait un bien fou. ;)

En résumé, ma prescription est très simple: LÂCHEZ PRISE !! Face à tout ce stress, toute cette pression, ce devoir de réussir, de performer, d'être au front de cette carence affective que vivent trop d'enfants que vous côtoyez et ce, à l'année. Prenez soin de vous. Prenez ce temps pour vous libérer de cette fatigue accumulée et retrouvez votre sérénité. Non seulement, vous aurez tout à gagner, mais vous "reboosterez" votre réservoir d'énergie.


BONNES VACANCES !!! Et surtout, cessez d'avoir des attentes, ayez des envies. Cela peut parfois paraître impossible, puis lorsque nous avons la volonté de le considérer, ils deviennent inévitables. N'attendez pas le son de la prochaine cloche. :)



.




68 vues0 commentaire
bottom of page