top of page

Les dix clés pour désamorcer notre petite bombe à retardement.

Approche bienveillante chez les 0-5 ans

Par Sandra Mathieu

Présidente V.I.P. De L'Éducation

C.P en milieu de garde

T.E.E

Coach en relations familiales



Parce que chaque enfant mérite qu'on lui ouvre la porte vers un avenir meilleur.

Il est impossible pour tout être humain de percevoir dans un même temps et spontanément, deux sphères différentes d’émotion. C’est le cas de la satisfaction et de l’insatisfaction. Bien que nous ayons les meilleures intentions à vouloir être le plus parfait possible, le plus compréhensif possible et le plus « cool » possible, il en est ainsi et ce même dans notre rôle de parent. Plus clairement, soit mon enfant répond à mes attentes ou il me déçoit. Je parle toujours dans la spontanéité et dans la normalité. Mais qu’advient-il si, en tant qu’individu, je suis plutôt du genre difficile à satisfaire ou exigeant, et ce même envers moi ? Il se peut que mon enfant ait beaucoup d’efforts et de travail à faire pour me satisfaire au même titre que les gens que je côtoie dans la vie de tous les jours tel qu’un collègue de travail, un employé, le voisin, l’épicier etc. Il y a donc plus de chances que les fautes prennent beaucoup de place et que les « bons coups » soient légèrement soulignés voire même, oubliés. Par conséquent, il se peut qu'il y ait des périodes plutôt difficiles pour vous et, pour votre enfant. Mais au-delà de notre tempérament et de notre personnalité, le développement de l'enfant amène à lui seul, son lot de stress et de découragement. Voyons comment traverser cette étape de la vie sans trop bouleversement.


Avant toute chose, je dois vous confier que plusieurs parents avouent mettre énormément d’efforts pour éviter que leur enfant ne s’accroche pas dans les mêmes embûches qu’eux. Qu’il soit épargné des mêmes problèmes avec lesquels ils ont dû conjuguer. Qu’il ne rencontre pas de mauvaises personnes sur leur chemin ou tout simplement qu’ils ne suivent pas leurs traces sur le chemin qui les a conduit à l’âge adulte. En d’autres termes, leurs coups durs ne rentreront plus jamais dans leur famille. Et je vous félicite. Votre instinct de protection est considérable. Mais, c'est aussi pourquoi l'intervention de l'adulte est bien souvent le reflet de l'inconscience. Dans cet ordre d’idées, nous pouvons nous questionner et se demander; est-ce que j'interviens auprès de l'enfant en le traitant dans son unicité (chaque enfant est unique) où je me réfère à des balises personnelles?


De surcroît, il est certain que dans la normalité des choses, vous me répondrez que vos besoins comme les siens sont essentiellement avoir un toit sur la tête, manger trois repas par jour, avoir de beaux vêtements, avoir une hygiène adéquate, lui permettre de développer ses aptitudes académiques, passer du temps en famille, développer les habiletés sociales ou s’épanouir dans un environnement sain. Tous ces besoins sont pour vous l’essence de vos objectifs voire même la base de votre rôle parental. Excellent !Vous avez de très bonnes réponses et êtes sur la bonne voie. Néanmoins, tout cela n’est en fait, qu’un SEUL besoin ou plutôt, un groupe de besoins que j'appelle « les besoins essentiels. » En vérité, malgré toute cette bonne volonté, de biens grands besoins sont mal connus, complètement oubliés ou sinon, inconsciemment moins importants dans l’approche auprès de l’enfant. Avant même de donner avec tout l’amour que nous ayons les besoins essentiels, laissez-moi vous présenter dix clés que je considère, FONDAMENTALES au développement et à l’équilibre de votre enfant. Par le fait même, à la relation que vous aurez avec votre enfant. Ce sont celles des BESOINS VITAUX chez l’enfant.

Qu’est-ce qu’un besoin vital ? C’est tout simplement le comblement d’une nécessité absolue à la vie. C’est le plus beau des cadeaux à offrir à son enfant. C’est tout simplement la base de l’être humain épanoui. Voici donc mes dix clés que je considère être au cœur de l'éducation bienveillante.




Savez-vous ce que ces dix clés lui apporteront ? L’estime et la confiance en lui, en vous et en ses propres valeurs. Vous connaissez cette citation « Les deux seuls choses que nous devrions offrir aux enfants, ce sont des racines et des ailes ». Alors voilà ! Tout est dit. Ces dix clés lui ouvriront la porte sur la vie et lui permettront de garder les pieds enracinés dans la bienfaisance et l’épanouissement ainsi que des ailes pour s’élever vers ses objectifs.


Certains parents témoignent avoir tout donné à leur enfant, mais ne reçoivent en retour aucune appréciation et aucune reconnaissance. Ils ont beau répondre aux demandes, mais rien ne semble jamais satisfaire et lorsqu’il y a refus, l’enfant devient une bombe à explosion massive. Il se peut qu’il soit trop petit pour comprendre. Il se peut aussi qu’il n’ait pas appris à le dire autrement. Relativement, à une telle attitude, il est facile de développer l’impression que son enfant est trop gâté, sans cœur, immature, profiteur, égoïste, manipulateur ou qu’il a un problème du comportement. Alors la solution… On lui coupe les vives. La prochaine fois, il n’aura qu’à être plus reconnaissant ou il n’aura qu’à faire plus d’efforts pour mériter quelque chose. L’affaire est classée, du moins, jusqu’à la prochaine détonation. Croyez-vous vraiment avoir résolu le problème ? Peut-être ! Tout dépend du retour que vous ferez. Mais, il se peut qu'il n'y ait eu que de l'huile sur le feu. Pensez-y bien comme il faut. De quelle façon, le nourrissez-vous de ses besoins vitaux lors de telles situations? Et par quel moyen lui démontrerez-vous ?


Ça fait beaucoup n’est-ce pas ? Avez-vous remarqué que dans tous ces besoins énumérés, il n’est aucunement question de ; Playstation, Xbox, ou vêtements de marque !


Saviez-vous que les enfants de 0-5 ans et parfois plus vieux, sont incapables d’exprimer verbalement l’absence d’un besoin VITAL et d’exprimer ce qu’ils ressentent tout court. Ce n’est pas qu’ils ne le veulent pas, c’est qu’ils ne le peuvent pas. C’est impossible! Leur cerveau n’a pas encore la maturité nécessaire. Alors que font-ils ? Ils les expriment du mieux qu’ils le peuvent à travers des comportements. Des attitudes appelé pulsion, de la colère appelé l’inconscience et le ressenti souvent traduit par la maladie. À cet égard, nous avons tendance à traduire tout ça par un désir de bien matériel, un caprice ou la conclusion d’un mauvais caractère. Triste n’est-ce pas ?


Maintenant, que se passe-t-il chez l'adulte ? Comme il y a longtemps que nous avons passé à une autre étape que celle de l'enfant, nos capacités relationnelles et notre maturité mentale nous ont conduit à réfléchir tant spontanément qu’à long terme. Mais surtout, à modifier nos propres besoins et à les combler par nous-même. C’est pourquoi, lors d’une intervention, nous nous référons à qui nous sommes ainsi qu’à nos attentes. D’ailleurs, il est si difficile de lui faire comprendre ce que veut dire le NON qui semble banal à nos yeux , mais qui est tellement important pour lui. Parce que, en fait, c’est ce que l’enfant vit au moment présent qui importe pour lui et non se qui en résultera.


Il n’est pas rare qu’un simple refus ou l’attente nous mène à une scène d’exorcisme. Pourquoi? Parce que votre enfant ne vit QUE DE PULSIONS, DE RESSENTI ET D’INCONSCIENCE !! Aussi, parce qu’il a un bagage émotif, social, culturel et affectif, très pauvre en contenu et que son cerveau n’a pas développé encore la maturité pour gérer et rationaliser la situation. Le NON qui pour vous semble très simple à comprendre, pour lui devient quelque chose sans définition avec aucun sens. La déception, la colère, la peine et le rejet qui s’installe dans son petit cœur est pour lui, qu’un gros nuage de brouillard qui le persécute dans un mal-être.


Maintenant, faut-il attendre des situations de crises pour lui offrir les dix clés? Absolument pas ! Au contraire, plus vous les inclurez dans votre quotidien, moins vous aurez à vivre de moment désagréable. Chaque moments de plaisir, d’amour, d’attention et de bienveillance passés avec lui seront fort payants. Combien de fois dans une journée, dans une semaine, dans un mois, et même dans l’année, planifiez-vous un moment privilégié à votre agenda pour être avec lui ? Vous retrouvez seul avec lui et lui dire, droit dans les yeux, combien vous êtes reconnaissant qu’il soit là, dans votre vie, dans votre quotidien. Combien ses câlins vous font du bien ou lorsqu’il vous aide à desservir la table. Lorsqu’il s’assied près de vous pour parler de tout et de rien, lorsqu’il entre après l’école avec un sourire en vous disant « bonjour". Vous, avez-vous vécu de ces moments étant enfant avec vos parents ?


"Dialoguer avec un enfant, c'est apprendre ce qu'est la vie, sans restrictions." Sm

Dorénavant, lorsque vous éprouverez de l’insatisfaction, de la colère ou de la déception demandez-vous ceci; « Est-ce un besoin essentiel ou VITAL que je dois offrir à mon enfant ? Est-ce important pour moi ou pour mon enfant le résultat attendu ? Qu’il se comporte de façon colérique parce que vous lui refusez le nouveau jouet annoncé à la télévision peut finir par vous causer des remords, de l’indifférence, de la peine, de l’impatience ou de l’inquiétude, mais vous serez en mesure de les identifier et de les gérer parce que vous en avez la capacité. Pour lui, plusieurs émotions seront aussi présentes mais impossibles à verbaliser. Il faudra tout simplement l’accompagner dans ce qu’il vît. Votre enfant n’est pas en danger de ne pas avoir ce jouet et vous n’êtes pas un plus mauvais parent pour ce refus. Il est donc important de rester calme. Démontrez-lui que vous comprenez l’émotion qu’il ressent, la déception qu’il vît, mais pour x x x raison, vous juger que pour cette fois-ci, il est impossible de céder à sa demande et c’est tout. Il finira par comprendre, avec le temps et plusieurs reprises, que votre décision est justifiée. Amenez-le à exprimer ce qu’il ressent. Proposez-lui des mots pour s’exprimer. Il est fort possible qu’il y ait de bonnes crises de « bacon », de gros mots, du tapage de pieds, mais surtout, prenez le temps de respirer calmement, assurez-vous que l’environnement ne lui cause pas de danger, frottez-lui la main, rassurez-le calmement et ce même s’il ne semble ne pas vous entendre. Vous verrez, de fois en fois, la durée s’estompera. ET SURTOUT, il ne faut pas oublier le travail d’équipe lorsque vous ressentez une impulsion difficile à contrôler. Demandez l’aide du conjoint de la conjointe, d’un grand-parent, d’une amie ou ami afin de prendre la relève lors de l’intervention. Retirez-vous quelques minutes. Prenez de l’air et n’oubliez pas, respirez profondément. Vous avez le droit de dire à votre enfant « je me retire quelques minutes pour réfléchir à la situation et me calmer aussi ». Ce n’est pas signe de faiblesse, bien au contraire, c’est de vouloir accompagner votre enfant le plus justement possible et dans la bienveillance.


N’oubliez surtout pas ! À l’opposé, si vous éprouvez une satisfaction suite à un comportement ou à un résultat souhaité eh bien, VITE! Sautez sur l’occasion de jouer du même coup les dix clés en vous exclamant de WOW !! WOW !! WOW!! Dites-lui que vous êtes fier de lui, apprécié de le voir heureux et aimable, que toute votre vie vous serez là pour le protéger, qu’il peut compter sur vous peu importe le moment, que vous le remerciez d’être là, que vous aimez l’écouter et le voir rire. Votre enfant doit comprendre qu’obtenir ce qu’il veut, c’est une chose, mais de savoir dire merci et l’apprécier en est une autre.


Pour tout dire, n’oubliez pas que tous les besoins sont FONDAMENTAUX qu’ils soient essentiels ou vitaux. Nous ne pouvons pas passer à côté. Il faut seulement savoir qu’ensemble, ils forment ce que j’appelle, le baluchon de la vie. Tout petit à la naissance pour ensuite prendre forme tout au long de sa vie que celle-ci aura soigneusement comblée; d’amour, de leçons, d’expériences, d’observations, de réalisations, de succès et… des besoins vitaux. Il faut toutefois se rappeler , que chaque besoin non comblé peut façonner un petit trou au fond de ce baluchon et pourrait laisser s’échapper de bien grands besoins dont l’enfant devra utiliser tout au long de son chemin.


Et n’oubliez pas….


Que de trop penser à ce dont l’enfant a besoin aujourd’hui, nous oublions parfois ce qu’il sera demain. Élever son enfant dans la bienveillance, c’est avant tout lui permettre de s’outiller pour arriver à être un adulte respecté et respectable. C’est de le laisser devenir l’être accompli formé de ses gênes ancrées, de son tempérament inné et de sa personnalité forgée. Nourrissez de besoins VITAUX votre enfant, et vous pourrez vous nourrir ensemble des besoins essentiels. N’oubliez pas que cette petite créature pas plus haute que trois pommes finira un jour par devoir… payer son hypothèque seul. 😊


SM

78 vues0 commentaire